Google+ Followers

Google+ Followers

Google+ Followers

6 juillet 2012

PROPOSITIONS DU COMITE DE DEVELOPPEMENT POUR L'AMELIORATION FONCTIONNEMENT ECOLE PUBLIQUE DE BIDJOCKA ANNEE SCOLAIRE 2012/2013




REUNION GROUPE RESTREINT COMITE DE DEVELOPPEMENT
AMELIORATION FONCTIONNEMENT ECOLE PUBLIQUE DE BIDJOCKA ANNEE SCOLAIRE 2012/2013




I- POSITIONNEMENT DE LA PROBLEMATIQUE D’ENSEMBLE

- Des difficultés ont été constatées au cours de l’année écoulée. Une position ferme a été prise par la chefferie, des actions diverses ont été menées. D’autres le seront encore, en direction des différentes autorités en préparation de l’année scolaire 2012/2013.

- Cependant, l’élite, les parents d’élèves et l’ensemble des acteurs du village doivent prendre leurs responsabilités pour faire avancer les choses. C’est d’ailleurs la raison pour laquelle les éléments qui suivent sont importants pour la compréhension de la problématique globale de l’école publique de BIDJOCKA.

- L’Ecole Publique de BIDJOCKA a fonctionné avec un peu plus de quarante élèves pendant l’année 2011/2012. Aucun indicateur ne nous permet d’en espérer plus pour l’année qui débutera le 03 Septembre 2012.

- Alors qu’il faut une masse critique d’élèves. Pouvons-nous durablement nous passer des élèves du campement de la SOCAPALM-BIDJOCKA ?

- Et que le ratio Enseignant/Elèves recommandé est le suivant ; 1 enseignant pour 40 ou 45 élèves.

- Aussi, cette situation pèse sur la situation budgétaire de l’APEE. Pour l’année prochaine et sur la base de quarante élèves, l’APEE ne pourrait disposer de plus de cent vingt mille francs CFA (FCFA 120 000). Dans le meilleur des cas, le maître des parents à sa charge ne pourra recevoir de salaires que sur huit mois.

- D’autre part et par prudence, l’Ecole Publique de BIDJOCKA devra fonctionner dorénavant avec deux maîtres des parents dont l’un restera à la charge de l’APEE et l’autre du comité de développement.

- Sur la base d’une estimation de 10 mois de salaire, les maîtres des parents coûteront cinq cents mille francs CFA au comité de développement et à l’APEE (FCFA 500 000). Si les ressources attendues de l’APEE sont de cent vingt mille francs CFA
(FCFA 120 000), le gap à couvrir par le comité de développement sera de trois cent quatre-vingt mille francs CFA (FCFA 380 000).




II- PROPOSITION DE SOLUTIONS

1- Sur le ciblage des maîtres des parents

- Deux maîtres des parents dont celui de l’APEE en poste.

2- Pour ce qui concerne la cérémonie de remise des prix par l’association « Bon Week-End »

- Avoir des assurances sur l’état des préparatifs conformément à la recommandation de la réunion du 09 juin 2012.

3- Pour ce qui concerne la construction des latrines convenables

- Prévoir par exemple une enveloppe de cinquante mille francs CFA (FCFA 50 000). Si l’estimation définitive est revue à la baisse, tant mieux.

4- Sur les arriérés de salaire du maître des parents à la charge de l’APEE

- Le solde de vingt sept mille francs (FCFA 27 000) pourra être introduit dans la problématique globale du financement de l’EPB l’année prochaine.


5- Sur l’estimation totale des dépenses à l’exclusion de la cérémonie de remise des prix


- gap à couvrir sur budget maître des parents + construction latrines (FCFA 380 000 + FCFA 50 000= FCFA 430 000).

6- Sur la création du Fonds stratégique de soutien au financement de l’EPB

- Nous avons anticipé quelque peu sur l’un des projets de résolutions de la réunion du 07 Juillet 2012.

- Le « Fonds EPB » recevra toutes les contributions des ressortissants du village, ainsi que les aides et dons divers.

- Pour plus de crédibilité, un compte pourra être ouvert dans un établissement financier. Pourquoi pas à la MC2 de la SOCAPALM ?

- A court terme, avoir une cible de ressources de cinq cents mille francs CFA
(FCFA 500 000) pour l’année scolaire 2012/2013.

- Le problème, c’est d’anticiper sur la gouvernance du fonds. A très court terme, il faut d’abord de l’argent. Après, il faudra mettre en place une structure légère. Cela pourra permettre de crédibiliser le fonds. La gestion du fonds pourra même être confiée à une élite.
- Sur le plan tactique ; créer un consensus autour du financement du montant ci-dessus dès maintenant.

- Voici une liste des probables contributeurs :

1-   Comité de développement Section Douala : FCFA 50 000
2-   S.M. BIDJOCKA Albert                             : FCFA 50 000
3-   M. MODE POUHE Paul E.                        :  FCFA 50 000
4-   NGO BIDJOCKA Françoise                      :  FCFA 25 000
5-   Mme Mben Sylvestre Magloire               :   FCFA 50 000
6-   M. NTEP Roger Stephane                         : FCFA 25 000
7-   Mlle KITET NGO YOMBA BIKIM                : FCFA 25 000
8-   M. BIYIHA Alain Auguste                        : FCFA 25 000
9-   M. SAY BITJAGA BI TUM                         : FCFA 25 000
10-Autres                                                   : FCFA 175 000

- Enfin, mettre un point permanent « Financement EPB » à l’ordre du jour des réunions du comité de développement. Cela permettra de sensibiliser de manière continue sur l’abonnement du « Fonds EPB ».

Aucun commentaire: