Google+ Followers

Google+ Followers

Google+ Followers

18 novembre 2010

Découvrez BIDJOUKA le village homonyme de BIDJOCKA.

 Je vous invite à lire cet article publié suir le site du village Bidjouka vers Lolodorf. L'histoire relatée permet de confirmer le passage historique du Grand Chef BIDJOCKA BI TOUM par cette localité lors de son exil. En effet le nom Bidjouka vient du nom du chef bidjocka dont l'aura aura permi de fonder ce village. 
Toutefois il faut apporter un bémol à cet article selon lequel les Ngoumba en auraient chassé les bassas originaires du coin. En fait les bassas abandonnent le village à la fin de l'exil de leur leader qui rentrait reprendre son trône à Bidjocka.
Cette histoire permet d'apprécier l'importance et le grand prestige dont aura joui le Chef Bidjocka et que malheureusement certains essaient de tuer historiquement en cherchant à détruire sa mémoire (chengement du nom de la gare, création du village fantôche d'Hikoa Malép). 


BIDJOUKA - CAMEROUN - Bidjouka - CAMEROON - BIDJOUKA - CAMEROUN - Bidjouka - CAMEROON - BIDJOUKA


 POUR PLUS D'INFORMATION,consulter le site ci-dessous

 http://www.bidjoukacamer.sitew.com/
>>

UN PEU D'HISTOIRE

Bidjouka, petit village situé , entre Lolodorf et Kribi était d'abord habité par des bassas et des bakokos ! Ces deux peuples vivent de nos jours dans les provinces du centre et du littoral. Bidjouka comme la plupart des villages du sud Cameroun a deux principaux groupes ethniques qui vivent ensembles : les pygmées et les bantous (ngoumba, fangs, boulous). Les ngumbas seraient originaires du Congo, entrés par l'est du Cameroun en s'installant d'abord à Bongolo, Messamena, ils migrent vers Bikalla l'un de leur premier site pendant la période coloniale avec la création de la route Bipindi-Lolodorf. Puis sous leur chef de groupement NTOUNGA NZHIOU ils s'installent à Bidjouka ! ah l'époque des guerres tribales. Ils combattent les bassas et les bakokos qui se replient à Bipindi, Memel, Bilaï, Bella, Edéa et Eséka. Les vestiges des bassas et bakokos sont encore présents dans ce village: le nom Bidjouka auparavant était "Bidjocka"(du nom du chef des bassas) et la rivière "lep tsobi" ( en bassa rivière poissonneuse ) où est implanté le château d'eau ravitaille les habitants en eau potable. Autant de signes qui justifient le passage des bakokos bassas à Bidjouka. Les boulous auraient connu deux fronts de migrations : un groupe migratoire venu de ngaoundéré ( adamaoua) vers le sud en traversant le fleuve sanaga, et un groupe de la Centrafrique qui arrive de Bertoua. Ces deux s'installent dans d'abord à énongal avant de migrer vers la mer à la quête du sel. Les fangs quant à eux sont originaires du Gabon, passent par Ebolowa pour s'installer à Bidjouka.

Village de la province du sud Cameroun (chef-lieu Ebolowa) et du département de l’Océan dont le chef-lieu est Kribi, localisé dans la partie nord-ouest, Bidjouka est situé à 3°06 de latitude nord et 10° 28 de longitude Est.

Malgré le village reste dominé par les Ngumba. Peuplé d' environ 3000 âmes, Bidjouka se présente aujourd’hui comme le plus grand village du département de l’Océan . La population pratique en priorité l’agriculture. Un secteur exclusivement dominé par la culture du cacao et un secteur constitué par une variété de cultures : macabo, plantain, banane, manioc, igname, patate, taro, arachide, maïs, concombre, gombo, piment, tomate, haricot, ndolè, mango et diverses variétés de légumes... les produits vivriers sont de plus en plus commercialisés, ce qui assigne à la production vivrière un objectif de subsistance et un objectif de petit commerce.



Selon les archives de la chefferie, le chef supérieur Ngumba de l'ethnie NTI était venu de Bongolo avec plusieurs autres ethnies et clans. Il y en avait qui étaient esclaves, guerriers et conseillers. De nos jours il y a un malaise à rappeller à un jeune de Bidjouka le statut d'esclave de ses grands parents. Si l'on remonte le temps, les ngumbas sont liés aux Maka de l’Est du Cameroun et habitent une zone

allant de Mbango, sur l’axe routier Lolodorf-Ebolowa, à Ndtoua, sur un rayon d’environ 100 kilomètres. C’est l'aboutissement d’une longue série de migrations qui les a conduits du nord du Cameroun aux rives du Nyong et de la Lokoundjé. Une partie de ces migrants s’est installée au Cameroun, l’autre a continué sa pérégrination au sud de la région de Bata, dans la zone continentale de la Guinée Espagnole au début du XIXe siècle. Ils sont connus sous le nom de Bisio ou Bujeba (20).Les Mabea, les Maka et les Ngumba du Cameroun et leurs parents Bisio de Guinée Espagnole sont identifiés sous le générique «Mekuk »(expression béti) (14, 15). Ils se sont installés sur leurs sites actuels pour se rapprocher de la mer et acquérir du sel. Ntounga Nzhiou a mené ce mouvement au Cameroun pour le compte des derniers. À ce point, les Ngumba de Bipindi sont à 75 kilomètres de l’Atlantique ; leurs proches, les Mabea sont installés de Kribi à Campo ; les membres du même groupe Mekuk, les Bisio, habitent la région de Bata, le long de l’océan. Ils partagent tous un paysage de forêt*.


l'ORGANISATION

L'espérance de vie est d'environ 50 ans à Bidjouka, village d'environ 14 km est divisé en quartier, partant de Lolodorf pour Kribi nous avons :


bikassa bi ba (quartier des deux ponts),

foer puma ( quartier oranger),

bambi (abrite l'église catholique et une école primaire),

long trait généralement appelé long (résidence principale du chef de groupement ngumba, siège du marché du cacao, du centre d'état civil, du dispensaire, de l'école primaire, du foyer culturel, de l'église protestante EPA et d'un château d'eau (don des DANOIS)).

Nguiè malendi ( quartier de la palmeraie, très habité par des fangs),

guiô ( quartier de l'arbre qui produit du karité).

N'woungou ( quartier du bambou de chine)


L'organisation sociale s'articule autour d'une institution: la chefferie, qui représente à la fois l'autorité traditionnelle et l'autorité de l'état. La chefferie est calquée sur un modèle de divisions claniques et/ou de regroupements de familles ayant un ancêtre commun. A bidjouka , il y a une hiérarchie du pouvoir : le chef du groupement, un chef de village, les notables et les administrés.

Les croyances sont multiples et cohabitent en parfaite harmonie: catholiques, protestants, presbytériens (Camerounaise, Africaine), orthodoxes, néo-apostoliques, adventistes, pentecôtistes, témoins de Jéhovah, bouddhistes, baptistes, brahmanes, réveils et animistes*.

Les infrastructures éducatives et sportives locales: une école primaire existe, un collège d'enseignement secondaire est à 10 km à Bipindi. Un terrain de foot existe dans chaque quartier, le grand terrain étant à long accueille tous les grands matchs inter-village.

Infrastructures sanitaires: présence d'un centre de santé et d'une pro pharmacie.

Autres infrastructures et équipements :

L'électricité, plusieurs ménages disposent de groupes électrogènes de petite puissance pour assurer l'éclairage domestique ainsi que des plaques solaires. En général l'on s'éclaire à la lampe tempête. Pour la cuisson des aliments on a recours au feu de bois et au four à gaz (surtout pour les retraités).

L'eau potable, il y a une adduction d'eau gravitaire avec distribution dans les bornes fontaines.

Bibliothèque, ouverte pour les écoliers par un entrepreneur hélas décédé Clément Kumba, cette bibliothèque sert aussi de centre culturel et de tribunal coutumier.

Hôtel ? juste une auberge qui se trouve au pied des chutes d'eau de lep tsobi.

Curiosités du village: chutes d'eau de lep tsobi et le pied de dieu à la limite mbikiliki - Bidjouka, match de foot et la danse des pygmées.

Commerce ambulant très pratiqué par des ressortissants de l'ouest ( bamoun et bamiléké) et du nord (haoussa et arabe choa). Présence aussi de quelques épiceries traditionnelles.

On constate une baisse de la scolarisation après le CM2. Le Lycée d'enseignement général est à Bipindi (chef lieu d'arrondissement,10km de bidjouka). Causes: Grossesses précosses chez les filles, prise de responsabiltité chez des garçons ( traveaux des champs) et un manque total de ressources pour l'achat de fournitures scolaires et de logements, chute du prix du cacao!

Les habitats sont construits le long de la route selon la méthode imposée par les allemands pendant la colonisation. Les matériaux de construction utilisés sont: poto poto ou poro poro ( mélange de terre et d'eau eau), des bambous de chine, du bois et du raphia comme toiture. Avec l'arrivée des retraités dans le village, les constructions se font de plus en plus avec des matériaux modernes ( tôles ou tuiles, parpaings ou briques de terre cuites, béton etc!!!!). Il faut dire que l'enclavement de la région dû au manque de route bitumée( que les politiques ne cessent de promettre de réaliser) ne permet vraiment pas à la population bidjoukoise de se développer. Pendant les saisons de grandes pluies, la vie connaît de sérieuses perturbations tant économiques que sociales.


* (cf: WANG SONNE: historique de l'installation .......de 1896 à nos jours)

*(résultats d'enquête 2007 EFFALA GASTON)

Village de la province du sud Cameroun (chef-lieu Ebolowa) et du département de l’Océan

Faits divers au Cameroun

7 commentaires:

Anonyme a dit…

Hello. And Bye.

Anonyme a dit…

Hello. And Bye. Thank you very much.

Anonyme a dit…



Here is my web-site ... web page

Anonyme a dit…



Here is my website :: homepage

Anonyme a dit…



Review my site - homepage

G M-T a dit…

FAITES ATTENTION AVEC CET ESCROC VICTOR BIDJOKA IL EST DANGEREUX IL MARCHE EMPRUNTER DE L'ARGENT PARTOUT POURTANT IL FAIT FAILLITE IL A MES 5200 EUROS DEPUIS DE MOIS IL JOUE AVEC MOI
QUAND ON PREND L'ARGENT DES GENS ON LE REMBOURSE A LA DATE INDIQUEE
IL A 5MOIS AVEC MON ARGENT DANS SES PATTES CET ESCROC
J'ATTENDS UN JUGEMENT LA LOI BELGE SUR DES VOLS, ESCROQUERIE POUR LE FAIRE ME REMBOURSER MON ARGENT
JE VOUS PRIE D'EVITER DE L'ECOUTER AVEC SES PROBLEMES
IL VEUT QU A VOS ARGENTS C ESTUN FAUX QUI CHERCHE A ABUSER DES GENS – à Scenario.

G M-T a dit…

FAITES ATTENTION AVEC CET ESCROC VICTOR BIDJOKA IL EST DANGEREUX IL MARCHE EMPRUNTER DE L'ARGENT PARTOUT POURTANT IL FAIT FAILLITE IL A MES 5200 EUROS DEPUIS DE MOIS IL JOUE AVEC MOI
QUAND ON PREND L'ARGENT DES GENS ON LE REMBOURSE A LA DATE INDIQUEE
IL A 5MOIS AVEC MON ARGENT DANS SES PATTES CET ESCROC
J'ATTENDS UN JUGEMENT LA LOI BELGE SUR DES VOLS, ESCROQUERIE POUR LE FAIRE ME REMBOURSER MON ARGENT
JE VOUS PRIE D'EVITER DE L'ECOUTER AVEC SES PROBLEMES
IL VEUT QU A VOS ARGENTS C ESTUN FAUX QUI CHERCHE A ABUSER DES GENS – à Scenario.